24 Heures du Mans: 18e victoire pour Porsche au terme d'un thriller hollywoodien !

24 Heures du Mans: 18e victoire pour Porsche au terme d'un thriller hollywoodien !

Dimanche 19 juin 2016  

  • La Porsche 919 Hybrid #2 de Dumas-Jani-Lieb s'impose in extremis et entre dans l'histoire
  • 18 victoires: nouveau record de succès dans la Sarthe pour Porsche
  • La chance n'était toujours pas du côté de la Porsche 919 Hybrid #1

Disputée devant plus de 250.000 spectateurs, la 84e édition des 24 Heures du Mans a pleinement tenu ses promesses. Plus que jamais, le double tour d'horloge sarthois s'est résumé à un long sprint, avec d'innombrables changements de leaders et un suspense intact jusqu'au terme de l'épreuve. La victoire s'est même jouée dans les toutes dernières minutes de la course, à l'endurance, au terme d'un véritable thriller hollywoodien qui a sacré l'équipage de la Porsche 919 Hybrid #2.

Perturbées partiellement par la pluie, les séances qualificatives disputées le mercredi soir ainsi que le jeudi en fin d'après-midi et en début de nuit avaient permis à Porsche de confirmer le niveau de performance de la 919 Hybrid, Neel Jani s'offrant la Pole Position sur la #2 avec un chrono de 3'19"733, Timo Bernhard bouclant pour sa part les 13,629 kilomètres du circuit du Mans en 3'20"203, une performance lui offrant également la première ligne avec la Porsche 919 Hybrid #1.

Samedi, peu avant 15h, la pluie s'invitait à nouveau sur Le Mans, entraînant un départ sous Safety Car. Durant plus de cinquante minutes, Neel Jani et Timo Bernhard emmenaient un peloton évoluant à faible vitesse. Sur une piste désormais assez sèche, la course était vraiment lancée pour une fantastique bagarre entre les trois constructeurs engagés en LM P1, la catégorie reine du Championnat du Monde d'Endurance.

Bouclant son relais en tête de la course, Neel Jani cédait le volant à Romain Dumas sur la Porsche #2 alors que Brendon Hartley succédait à Timo Bernhard. Le jeune Néo-Zélandais allait à son tour mener le peloton sur la 919 Hybrid #1 avant de passer le témoin à Mark Webber, qui s'emparait à son tour de la place de leader. Lorsque la nuit tombait sur le Mans, les cinq premiers étaient regroupés en à peine plus d'une minute, témoin de l'intensité de la lutte.

 

Coup de théâtre

Peu après 23 heures, le sort frappait Porsche quand la 919 Hybrid #1 était poussée dans son stand, victime d'une surchauffe. Elle n'allait en ressortir qu'à l'approche de 2 heures du matin après le remplacement de la pompe à eau. "C'est évidemment décevant d'avoir perdu autant de temps, mais l'équipe a fait un travail fantastique pour sauver ce qui pouvait l'être sur notre voiture," expliquait Brendon Hartley, qui venait de relayer son équipier Timo Bernhard. "L'objectif est maintenant de rallier l'arrivée et de prendre quelques points pour le championnat. Le sport automobile peut parfois être cruel…"

Durant le reste de la nuit et toute la matinée, la bagarre continuait à faire rage, la Porsche #2 occupant régulièrement la première place et cédant cette position lors des ravitaillements. Regardant Marc Lieb et Romain Dumas multiplier les dépassements audacieux dans le peloton, Neel Jani se préparait à terminer la course. Au sprint évidemment. "Depuis le milieu de la nuit, chaque seconde compte," reconnaissait le Suisse. "Nous savons maintenant que ce sera à fond jusqu'à 15h pour l'arrivée. Nous n'allons rien lâcher jusqu'au bout."

 

Hitchcock n'aurait pas fait mieux…

Continuant à aligner les tours, la Porsche 919 Hybrid #1 de Brendon Hartley, Timo Bernhard et Mark Webber croisait le drapeau à damier au 13e rang final, empochant les points de la 5e place en catégorie LM P1. "Pour remporter les 24 Heures du Mans, il faut réaliser une course parfaite et ce n'était pas le cas pour nous cette année," confiait Mark Webber. "Nous étions très rapides et nous aurions évidemment pu revendiquer aussi la victoire. Mais Le Mans reste une course magnifique…"

Une course magnifique et totalement imprévisible. Jusqu'à l'ultime seconde… Alors qu'il pensait devoir se contenter d'une très belle deuxième place à quelques dizaines de secondes de la Toyota se préparant à franchir le drapeau à damier, Neel Jani héritait de la première place dans l'ultime tour. La preuve qu'une course, et plus encore celle des 24 Heures du Mans, n'est jamais terminée avant de franchir le drapeau à damier. "Quel incroyable final… Comme pour nos adversaires, cette course aura été un sprint de 24 heures. Cette victoire, c'est le fruit du travail de toute l'équipe," clamait le pilote suisse, particulièrement ému.

Equipier de Neel Jani et Marc Lieb, Romain Dumas avait également du mal à cacher son émotion après avoir offert à Porsche sa 18e victoire aux 24 Heures du Mans, permettant aussi à la marque de conserver le titre conquis l'an dernier: "Porsche est ma marque de cœur et je tenais absolument à décrocher la victoire au Mans pour Porsche. J'en rêvais même. Je dois aussi avouer que je suis désolé pour nos adversaires. Ils ne méritaient pas cela. Cette course, c'est tout simplement de la folie !"

 

Grâce à cette victoire de la Porsche 919 Hybrid #2, la deuxième cette saison après celle acquise à Silverstone, le trio composé de Marc Lieb, Neel Jani et Romain Dumas renforce naturellement son leadership au classement du Championnat du Monde d'Endurance de la FIA.

 

A victory hard to get